PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 26 Mars 2011 08:30

nopasaran"Les journes libertaires de La Gryffe ont permis d'assister un n-ime remake de Antisexisme 'bonne conscience' - le retour (de bton).[...] De nouveau, les libertaires n'ont pas voulu entendre les critiques anarchafministes, ont refus de s'interroger sur leur propre participation active l'oppression des femmes et ont prfr s'indigner comme des bons cathos drangs en pleine messe: " Ces fministes sont des lesbiennes (!), des sparatistes, des manipules, des maostes voire des fascistes."


Lo Vidal (Au-del du personnel),

texte issu de http://1libertaire.free.fr/leovidal.html


Les journes libertaires de La Gryffe ont permis d'assister un n-ime remake de Antisexisme 'bonne conscience' - le retour (de bton). Non seulement les dbats sur les rapports femmes-hommes ont t marqu par un refus systmatique de la part des mecs d'entendre les critiques fministes libertaires dans toute leur ampleur mais en plus les critiques ractionnaires ont vite fait surface, distinguant les 'bonnes' fministes libertaires des 'mauvaises' - divisons pour mieux rgner. Rsultat: les mecs se sont vits toute remise en cause, bnficient encore une fois de leur place de dominant et font payer les fministes qui se sont opposes leur pouvoir.


Quelques faits qui ont mon avis men l'action symbolique et libertaire des fministes:

* Lors du dbat sur le pouvoir en milieu militant (anim par P. Coutant) une premire discussion a eu lieu sur le machisme et la domination masculine. Si ce dbat avait dbut par une remise en cause des hommes, il a rapidement gliss vers une critique du fminisme et des fministes. En effet, plusieurs hommes ont affirm qu'il ne fallait pas se limiter au patriarcat (comme si ceci tait le propos des anarchafministes) car il y avait galement d'autres oppressions et que de toute faon le pouvoir tait une chose diffuse donc on ne pouvait cibler ses critiques sur les hommes concrets, et finalement que les fministes agissaient quelques fois de faon terroriste et culpabilisante vis--vis des mecs. Malgr un dbut intressant, une remise en cause du pouvoir mle en milieu militant n'a pas eu lieu.
* Le dbat sur l'ordre patriarcal n'a lui non plus pas abord le pouvoir mle en gnral et en milieu libertaire, car plusieurs hommes et femmes ont demand aux fministes luttant en non-mixit d'expliquer, de rexpliquer et de justifier leur mode d'action. Plusieurs personnes ont pendant une heure et demie, accept d'expliquer pourquoi la non-mixit femmes leur semblait indispensable la lutte fministe. Le climat gnral tait, mes yeux, la critique de la non-mixit et non des hommes et de la domination masculine - ce qui est effarant pour un dbat sur l'ordre patriarcal. *
Lors de ce dbat un homme violemment interrompue une femme voulant intervenir sur la non-mixit sans que celui-ci ait t collectivement remis sa place voire vir.
* Vers la fin du dbat, une fministe libertaire a plusieurs fois pos qu'elle voulait enfin aborder le thme de l'ordre patriarcal mais cette demande a reue une fin de non-recevoir majoritaire, ce qui revenait de fait un refus d'aborder l'ordre patriarcal.

Tandis que plusieurs dbats auraient pu aborder le patriarcat, force est de constater que les libertaires n'ont pas voulu remettre en cause la domination masculine. Il me semble donc logique et rjouissant qu'une vingtaine de fministes ont dcid lors du dbat final sur le mouvement libertaire d'intervenir non-verbalement pour dnoncer le silence complaisant des anars concernant l'oppression que subissent les femmes. De nouveau, les libertaires n'ont pas voulu entendre les critiques anarchafministes, ont refus de s'interroger sur leur propre participation active l'oppression des femmes et ont prfr s'indigner comme des bons cathos drangs en pleine messe: " Ces fministes sont des lesbiennes (!), des sparatistes, des manipules, des maostes voire des fascistes. " Un mec m'a mme sorti que si cela se passerait dans un vnement qu'il avait co-organis, il aurait fait intervenir le service d'ordre pour virer ces saboteuses coup de batte de base-ball si ncessaire. En gros, il a t considr intolrable que des anarchafministes dnoncent l'oppression des femmes, et surtout de cette faon-l. " Car si on peut comprendre les motifs (et encore, il y a mieux faire ailleurs, l-bas, plus loin !) on ne peut tolrer ces mthodes." Ah, pauvres fministes, vous avez beaucoup apprendre ! Heureusement que les vrais anars sont l pour vous guider !

Quel pathos ! Quel pathtique indignation ! On n'aurait presque pens tre au P.S. pendant une action libertaire contre le racisme tatique et l'expulsion des sans-papiers. Les mmes gestes, la mme autosuffisance, le mme refus d'ouvrir les yeux, le mme renfermement sur soi, la mme absence totale de recul autocritique. Mais ce qui m'a le plus dgot c'est les rationalisations complaisantes qui ont suivis. Trs vite les libertaires se sont dcouverts libraux en prnant la diversit et la tolrance au lieu de la lutte contre toutes formes de domination. Les mecs ont oubli toute conscience de genre, de leur position de dominant et se sont permis de critiquer de faon paternaliste et mprisante la lutte des fministes libertaires. Certains ont affirm que cette intervention n'tait pas l'intention des mecs mais dirige contre les femmes - quel dtournement majestueux ! D'autres l'ont qualifi de primitive, d'agression violente, d'acte de guerre, de logique de secte et, horreur, de com-mu-nau-ta-risme! Mais ne soyons pas trop ngatif, aucun anar ne semble avoir trait ces fministes libertaires de malbaises - la lutte antipatriarcale avance petits pas...

Cette intervention collective aura, entre autre, fait passer le message qu'il y a des problmes trs importants au sein du mouvement libertaire sur le plan des rapports femmes-hommes et aura permis de voir o en tait la majorit des libertaires. Cela m'a rjoui de voir que quelques hommes ont soutenu (et soutiennent toujours) publiquement cette intervention et ont ainsi bris un instant important la solidarit masculine. Ce soutien sans 'oui, mais' ou 'il aurait fallu' me fait esprer que des hommes peuvent certains moments capter les rapports de pouvoir entre femmes et hommes, et prendre position contre la domination omniprsente sans se cacher sous des nuances, rationalisations ou excuses. Mais ces quelques points positifs ne changent rien au fait que les hommes libertaires sont largement ractionnaires quand il s'agit de remettre en cause (leur participation ) la domination et l'oppression des femmes, et cela confirme malheureusement ce que chante Brigitte Fontaine:
" Quand il s'agit des femmes, il n'y a pas d'hommes de gauche. "

******************************

Dans son commentaire sur les journes libertaires, Gile (Paris) ragit certains propos auxquels je dsire rpondre. " Dans les dbats mixtes, une nouvelle donne (ou presque) pour les garons serait de se taire ou ventuellement de ne faire que rpter des arguments fministes. (...) il est important que les hommes dveloppent leur propre rflexion et luttent comme l'ont fait et le font les fministes. "

Il me semble que les hommes sont (plus que) libres de leur actes et paroles, mais qu'en tant que libertaires ils s'engagent contre toute forme de domination donc la domination masculine contre les femmes. Si dans un dbat ces mmes libertaires tiennent des propos sexistes ou ne reconnaissent pas dans toute son ampleur la domination patriarcale, il est normal que des fministes ou d'autres font remarquer leur incohrence et dnoncent leur complaisance envers leur position de pouvoir. Et pourquoi un homme ne ferait-il que "rpter" les arguments fministes? Un homme serait-il incapable de reconnatre la pertinence et justesse des arguments fministes et de les faire sien - de sa place? Et quelle pertinence peut avoir la propre rflexion des dominants - compare la pertinence de la parole et rflexion des domines elles-mmes?

Quand j'ai dit que le fait d'voquer d'autres formes d'oppression lors d'une discussion sur le pouvoir des hommes, participe la minimalisation et invisibilisation du patriarcat, je ne nie pas l'existence d'autres axes de domination. De fait, et cela a t confirm dans le dbat sur le pouvoir en milieu militant, voquer d'autres formes d'oppression sert majoritairement ne pas se concentrer sur une forme d'oppression rarement adresse de faon ouverte et intgre.

De mme, lorsque j'ai critiqu la notion d'alination (applique aux hommes) et le fonctionnement des groupes hommes, je ne l'ai pas fait comme le prsente Gile, c..d d'une faon bien rductrice. Ce que j'affirme c'est que les deux lments me semble participer actuellement 1. une analyse symtrique des rapports sociaux de sexe qui, en effet, nie l'oppression que subissent les femmes (Cfr. la critique des fministes des journes libertaires dans leur tract) 2. une motivation gocentrique pour combattre le patriarcat base sur le bien-tre des dominants, au dtriment d'une motivation altruiste politique base sur la libert des domines.

Actuellement la majorit des hommes luttant contre le patriarcat me semble en effet avoir besoin d'une motivation gocentrique (panouissement de soi, meilleurs rapports entre hommes) afin de s'engager. Il leur semble souvent impossible de lutter prioritairement en fonction de la libert des femmes; pourtant il me semble que cela est bien possible et que notre solidarit avec les fministes peut s'exprimer dans le soutien actif de leurs initiatives et dans une lutte directe contre la domination des hommes (dont la notre). Je ne nie pas l'utilit de ce travail gnral sur soi mais, pour l'instant, les hommes semblent rester coinc l-dedans - au dtriment d'un travail directement utile aux fministes et femmes en gnral.

C'est dans ce constat de blocage gocentrique sur soi et les autres hommes qu'il me semble en effet de plus en plus ncessaire que les groupes hommes anti-patriarcaux tablissent des liens de reddition de compte avec des groupes fministes existants. Ce droit de regard des fministes libertaires sur les activits de ces hommes me semblent un lment utile afin de raliser un travail anti-patriarcal digne de ce nom. Contrairement ce qu'affirme Gile, cela n'implique aucunement que les hommes parlent au nom des femmes. Les groupes hommes peuvent choisir ces groupes en fonction d'affinits politiques communes. Cela n'quivaut pas une subordination mais une prise de conscience de la place structurelle oppose et asymtrique des hommes et des femmes et la ncessit d'agir en fonction des intrts et buts dfinis par les sujets de la lutte anti-patriarcale, les femmes fministes. Que dirais-tu, Gile, si des fministes libertaires affirmaient que la reddition de compte est ncessaire pour viter la drive des groupes hommes? Les traiter d'autoritaires, de fausses libertaires, de trotskistes anglaises?

Malgr son soutien affirm au fminisme, Gile ne s'empche pas de pointer du doigt les diffrences entre fministes, et de faire sous-entendre que les fministes de l'action des journes libertaires dvelopperaient des stratgies de rupture et seraient des inconditionnelles de la non-mixit. Et d'affirmer l'extrme nouveaut qu'il faudrait dbattre ensemble en mixit - sans raffirmer par contre l'extrme ingalit de la mixit actuelle. Comme si les fministes libertaires de l'action ne dsireraient pas discuter et agir en mixit galitaire. Lui aussi lance finalement le pav (bien emball) contre des fministes et non contre ces hommes qui, runion aprs runion, dbat aprs dbat, attaquent les fministes et refusent de se remettre en cause. Quelles que soient ses bonnes intentions, fait est de constater qu'il donne des conseils des fministes et pargne les hommes libertaires - premiers responsables de l'oppression des femmes dans le milieu libertaire.

Lo Vidal (Au-del du personnel)

issu de

http://1libertaire.free.fr/leovidal.html

Mise à jour le Mardi, 29 Mars 2011 07:50
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir