Atelier « Démocratie et éducation citoyenne » PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 16 Mai 2011 12:42
hommesMême si l'évènement est passé, l'énoncé des thèmes, peut être réutilsé, non?

Démocratie et éducation citoyenne au Forum social de Provence le 16 avril à Gardanne

Pour fonctionner, la démocratie est de façon urgente à réinventer ; elle doit se conjuguer dans plusieurs domaines, politique, social ; mais elle n’est pas spontanée, elle passe par l’éducation citoyenne ; elle demande également des outils, notamment les médias. L’atelier abordera tour à tour : démocratie & politique, démocratie sociale, éducation citoyenne, médias & démocratie. La question des logiciels libres sera également abordée.

Samedi matin 16 avril à la maison du peuple de Gardanne, dans le cadre du Forum social de Provence

Atelier « Démocratie et éducation citoyenne »

Animé par : ATMF, CAMédia, CPCV Méditerranée, « démocratie et émancipation », Le Repaire du pays d’Aix et Gérard syndicaliste.

La discussion pourrait s’organiser autour de quatre thèmes majeurs introduits par quatre interventions de 10 minutes. Chaque intervention sera suivie d’un débat de 20 mn avec des interventions courtes limitées strictement à 3 mn.

  1. La démocratie politique.
    La démocratie représentative délégataire connait une grave crise de légitimité conduisant à une défiance grandissante des citoyens à l’égard du politique et de la politique. Les milieux populaires et les jeunes, notamment, ne se sentent plus représentés. Les Etats, même les plus « démocratiques », sont dominés par les puissances économiques et financières qui les tiennent à leur botte. Comme nous le montre l’actualité, il y a de grands dangers de dérives identitaires, xénophobes, racistes qui font le lit de la violence et des fascismes de toutes sortes et formes.

N’y a-t-il pas urgence de repenser fondamentalement la démocratie, celle-ci ne se limitant pas à la désignation des représentants du peuple au suffrage universel et ainsi d’élaborer des propositions alternatives, d’expérimenter des pratiques d’expression et de délibération engageant les citoyens là où ils sont et au plus prés de leurs préoccupations et conduisant à un autre monde possible? Démocratie participative ? délibérative ? contributive ? coopérative ? directe ? indirecte ?

Est-ce que la désignation de représentants par tirage au sort ne serait-elle pas une forme à explorer à nouveau et plus conforme à la représentation de l’ensemble des citoyens ?

L’enjeu est de taille : ne s’agit-il-pas de rendre chacun sujet de son itinéraire, défenseur des libertés et droits fondamentaux, auteur- acteur d’un devenir commun, porteur d’une nouvelle humanité soucieuse des autres et de son environnement ?

Intervenant : Etienne Chouard.

 2) La démocratie sociale.

La crise économique, sociale et écologique profonde que nous traversons nous conduit à penser que le monde ne peut rester en l’état et qu’il est urgent que les hommes reprennent collectivement leur destin en main. Nous vivons un redéploiement des inégalités tant dans notre pays que sur l’ensemble de la planète. Elles ont pour nom exploitation sans limites, précarité, exclusion et, pour les plus exacerbées, absence de soins et d’instruction, errance, malnutrition, famine…

La question sociale n’a-t-elle pas pris une dimension globale ? Tout en interrogeant prioritairement le monde du travail et la résistance à l’exploitation tant dans les services publics que dans les entreprises privées, ne concerne-t-elle pas de plus en plus l’usager, le consommateur, l’habitant et son cadre de vie, le citoyen et sa capacité à créer de nouveaux droits ?

Comment augmenter la puissance démocratique d’agir des populations dans la production, le partage des richesses, l’organisation et les droits du travail, les choix énergétiques, la définition des biens et services utiles, nécessaires et prioritaires, et ainsi ne plus être dépendants des impératifs de croissance et de consommation imposés par les intérêts privés d’une minorité ?

Comment défendre et promouvoir d’autres formes de production et de partage plus solidaires, plus égalitaires et plus collectives (modèles coopératifs, mutualistes, associatifs et d’autres à inventer…) ?

Intervenant : Gérard Guieu, syndicaliste, CHSCT (Comité d'hygiène sécurité et des conditions de travail)

  1. L’éducation citoyenne.

Mais la démocratie et la citoyenneté ne sont pas spontanées surtout quand beaucoup de facteurs concourent à en limiter le désir, l’expression et la pratique. Elles s’apprennent et se conquièrent, souvent de haute lutte, comme en témoignent actuellement les mouvements de libération dans les pays du Maghreb. Comment construire une meilleure égalité des droits et savoirs faire à participer au processus démocratique ? Comment développer cette appétence et cette compétence à s’impliquer avec pertinence et détermination dans les affaires publiques ?

Une partie de la réponse est chez le législateur et relève de choix constitutionnels et politiques. Mais cela ne suffit pas.

Ne faut-il pas encourager et donner pleine reconnaissance à une éducation permanente, citoyenne, démocratique et politique là où les gens vivent, travaillent, s’instruisent, agissent ? Qu’attendre de l’école où cette éducation est souvent négligée ? Les associations de proximité, les structures d’éducation populaire et les mouvements sociaux ne doivent-ils pas faire de l’éducation citoyenne la grande priorité et, pour cela, se dégager des contraintes des politiques publiques essentiellement soucieuses de paix sociale ?

Qu’attendre des médias pour que dans leur diversité ils puissent contribuer à une prise de conscience des citoyens au débat public et à la confrontation des opinions.

Les prises de conscience, l’expression et l’émancipation peuvent prendre de formes et des chemins divers selon les lieux, les milieux sociaux, les âges, les techniques et les méthodes employées. Par exemple, comment travailler avec les jeunes, les enfants, les femmes et tous ceux que l’on n’entend pas ou si peu ? Comment se saisir aujourd’hui des Nouvelles Technologie de l’Information et de la Communication ?

Intervenante : Saïda de l’ATMF d’Aix qui témoignera de son expérience.

4) Médias et démocratie

Que vaut une opinion si elle ne s’appuie pas sur des faits? Or en France et dans le monde les médias appartiennent à des groupes industriels et financiers qui diffusent et mettent en scène une information filtrée, orientée. Pourquoi ces groupes s’intéressent-ils à ce domaine éloigné de leur métier premier : armement, industrie du luxe, travaux publics… ? (La concentration des médias en France aboutit à ce que les trois plus grands groupes possèdent 81% des parts de marché de la télévision). La rentabilité de ce secteur n’est pas leur première motivation. Alors qu’elles sont les raisons de leur intérêt ? Pression sur le monde politique pour l’obtention de marchés publics ou d’une législation favorable pour le cœur de leur métier ?  Manipulation des opinions publiques pour orienter leurs idées, leur consommation ?  Ces questions se posent.

La possession des médias n’est pas le seul moyen d’influencer leur contenu rédactionnel. Il en existe d’autres :les budgets publicitaires privés ou publics, les subventions et la nomination par le pouvoir des directeurs de chaînes de télévision et de radio, plus en amont la formation des journalistes et leur recrutement

Déjà en 1928 Bernays dans un ouvrage intitulé « Propaganda » écrivait : " la minorité a découvert qu’elle pouvait influencer la majorité dans le sens de ses intérêts. Il est désormais possible de modeler l’opinion des masses pour les convaincre d’engager leur force nouvellement acquise dans la direction voulue " En effet, comment résister à quatre ou cinq heures de télévision par jour ?

Dans ces conditions nous nous poserons la question :existe-t-il des médias indépendants? Quel est leur poids aujourd’hui en France ? comment peut-on  les développer, nationalement, localement ? Quel rôle les nouvelles technologies (internet) peuvent-elles jouer ? Nous essayerons de répondre ensemble à toutes ces questions et de montrer qu’un pays sans médias indépendants est un pays dont la démocratie est malade.

Intervenant: Roger de CAMédia

Les associations coorganisatrices de l’atelier: ATMF, CAMédia, CPCV Méditerranée, « démocratie et émancipation », Le Repaire du pays d’Aix et Gérard syndicaliste.

 

Ce texte a été pris sur:

http://blogs.mediapart.fr/edition/cent-paroles-d-aix-journal-local-alternatif/article/100411/democratie-et-education-cito
Mise à jour le Vendredi, 24 Juin 2011 06:24