Le ring libéral: retour sur la dynamique d'un « débat ». - la forme du débat ou la tradition libérale-spontannée PDF Imprimer Envoyer
Samedi, 26 Mars 2011 08:36
Index de l'article
Le ring libéral: retour sur la dynamique d'un « débat ».
la forme du débat ou la tradition libérale-spontannée
arguments contre les modérations des débats
En arrière-fond de ces arguments: l'idée de Nature
Le sport du « débat » dans la tradition « libérale-spontanée »
hypocrisie finale
Toutes les pages

La forme du « débat » ou la « tradition libérale-spontanée »


Je crois qu'un débat doit être un moment permettant un échange cadré entre la plupart des personnes présentes, personnes pour qui on préserve l'espace de parole de sorte à ce qu'elles puissent s'exprimer facilement, avec le moins de pressions possible.


Malheureusement, beaucoup de rencontres-débats ne correspondent pas du tout, ou de très très loin, à cet idéal « démocratique ». Ce débat n'avait donc rien de particulièrement inhabituel dans sa forme. Pourquoi ce texte, pour ce débat en particulier?


Peut être que parce que c'est la première fois où je me sois exprimé dans l'arène et que les mécanismes qui sous tendent ces événements me sont apparus de manière plus brutale que d'ordinaire.


Précisions

Malgré le nombre de personnes présentes, et le côté pas facile du thème abordé, qui pouvait laisser de côté une bonne partie de la salle, aucune décision sérieuse n'a été prise pour organiser l'après-conférence en évitant l'effet « plateau de télévision ».


Un cercle de chaises avait quand même été fait au départ pour ne pas hiérarchiser les personnes présentes (il n'y a pas de personne au centre quand tout le monde est assis en rond), pour ne pas reproduire la division spectateureuses/ personne qui expose, au moins visuellement.


Mais ce cercle avait été prévu petit (on avait pas pensé que beaucoup de personnes puissent venir...) et a vite été dépassé. Et hop, au lieu d'agrandir le cercle, de poursuivre dans cette structure, on est retombés dans les schémas bien connus, soit: un demi cercle de spectateureuses, et une personne debout, qui parle devant.


La forme...qui en dit long sur le fond! On voit que, simplement sur la disposition des places, les habitudes sont bien ancrées, au point d'y retomber alors même qu'un effort avait été fait dans un sens différent.


Le débat qui a suivi l'intervention n'a pas été formalisé. Personne ne s'est proposé, n'a proposé de modération de débat. J'ai essayé de poser une question dans ce sens...les personnes qui m'ont répondu, celles qui avaient déjà la parole, m'ont dit qu'elles ne voyaient pas l'utilité d'une modération: on s'en serait douté!


Entre les personnes qui avaient contribué à organiser cette rencontre, nous avons eu une discussion juste après. Quelques personnes, dont je faisais partie, ont émis des critiques sur l'absence de modération des débats, qui maintient une forme de discussion inégalitaire. Une des personnes défendait la non-modération des débats, et ne voyait pas le problème qu'il y avait à avoir des discussions hiérarchisées. Je ne cite pas le nom de cette personne, parce que ce n'est pas à une personne que je m'adresse, ce n'est pas elle qui est visée par cette critique.


J'aimerai plutôt détailler un peu les conceptions qu'elle porte, qui sont largement répandues et font que c'est si difficile de se défaire des rapports de pouvoirs, même dans des espaces militants.



Mise à jour le Lundi, 28 Mars 2011 12:22