Front international de libération de l'éducation populaire PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 24 Octobre 2011 09:14
Communiqué de lancement du front international de libération de l'éducation populaire
../..

Que fait l’éducation populaire ??

Ceux qui parlent d’une « société plus juste plus solidaire »

On ne les entend que lorsque leurs intérêts sont mis en danger (pour la baisse de la convention pluriannuel d’objectifs avec l’éducation nationale ), elles passent le reste du temps à se mettre en concurrence dans le but de décrocher des marchés auprès des collectivités pour gérer des masses financières en faisant du périscolaire, des centre de loisirs, des vacances, des formations … et un peu de social auprès des pauvres gens histoire de leur dire qu’aujourd’hui le monde a changé il faut qu’ils ne répondent pas même quand ils sont pas d’accord et qu’ils fassent gentiment ce qu’on leur demande s’il veulent avoir un travail et un logement parce que c’est eux les coupables.


Aujourd’hui ils font du marketing avec des brochures sur les vacances qui ne sont pas décrites comme un droit mais un besoin qu’on crée. Leur action n’a plus vraiment grand-chose à voir avec l’éducation populaire mais pourtant ils s’en revendiquent. Pas si sûr que Vichy aurait interdit la Ligue de l’enseignement dans ces conditions. Il s’en serait même peut être servi pour mettre en œuvre sa politique de recrutement pour le travail obligatoire à l’image du contrat d’engagement éducatif payé deux heure vingt au smic pour une journée de dix à douze heures profitant d’une population précaire qui ne s’engage souvent en rien (de toutes façons les raisons de s’engager n’apparaissent pas dans leur brochures)et du service civique volontaire qui n’est là que pour pallier au fait qu’une partie de la population soit mise de côté par le monde du travail (franchement entre un CDI et un service civique volontaire pour 548,14 € à 649,82 €/mois pendant 6 à douze mois qu’est-ce que veulent les jeunes).
Du coup on peut dire qu’elles profitent largement des possibilités ouvertes par les politiques néolibérales qui leurs donnent l’occasion de tester pour de vrai les futures politiques de précarisation et de paupérisation en exploitant une jeunesse qui constituera la prochaine génération active.

Ceux qui sont censés défendre les intérêts des travailleurs

Ils parviennent encore à mobiliser mais sont aujourd’hui incapables de transformer l’essai. Ils ont cessé de faire de l’éducation populaire pour s’occuper des tickets restaurants et des vacances des salariés. Dans ces conditions il ne demande eux aussi qu’à être à la tête d’un budget le plus important possible se souciant de leur importance et oubliant l’essentiel. Il n’est donc pas étonnant que la dépolitisation des syndicats puisse avoir créé un candidat front national. Il serait intéressant de relier combat politique et combat syndical car l’un ne va pas sans l’autre. (le syndicat c’est pas les chèques vacances et les places de cinéma !)

Les derniers nés ceux qui veulent influer sur la politique pour qu’elle prenne en compte l’être humain

Attac et le M’pep se sont lancés successivement dans l’éducation populaire en faisant de l’éducation populaire (enfin !), mais malheureusement pour ATTAC une crise interne a fait voler en éclat le travail accompli en 2005 où une véritable campagne d’éducation populaire avait permis d’influer sur la politique redessinant le shéma droite gauche et le transformant en libéral antilibéral. Cette crise fut construite par l’utilisation du consentement déjà fabriqué de longue date qui consiste à associer mouvement populaire à autoritarisme et a vu un changement de direction et la naissance du M’PEP par la suite. Depuis deux entités distinctes apparaissent dans le paysage, chacune cherchant sa place, aucune n’arrivant réellement à la trouver.
Pourtant l’urgence est bien réelle et les agences de notations n’attendent que le moment opportun pour que le FMI et les financiers privés nous imposent une politique d’austérité à l’image de la Grèce. Ceci ne pourra pas se faire si à l’image de l’Amérique latine l’éducation populaire fait son travail. Pour cela il est clair qu’elle doit prendre position et agir en conséquence.
Plus que jamais il est temps de libérer l’éducation populaire et de lui dire qu’elle ne peut rester une force d’inertie voire un allié du capitalisme financier.

Rejoignez le Front international de libération de l’éducation populaire. Mouvement à but non lucratif au capital humain.

vous pouvez adhérer gratuitement par mail Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. (adhérer veut surtout dire être d’accord)

Extrait d'un long article http://www.legrandsoir.info/communique-de-lancement-du-front-international-de-liberation-de-l-education-populaire.html


 

 

 

 

Mise à jour le Mardi, 25 Octobre 2011 13:38