Enquête et conscientisation - CONCEPTION SOLIDARISTE DE L'ENQUETE PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 28 Mars 2011 08:03
Index de l'article
Enquête et conscientisation
«Pas d'enquête, pas de droit à la parole»
Un patrimoine en friche
CONCEPTION SOLIDARISTE DE L'ENQUETE
Reconquête de la parole
Le dialogue
Toutes les pages



CONCEPTION SOLIDARISTE DE L'ENQUETE

Plus qu'un moyen de connaître de manière scientifique la situation d'une classe sociale ; plus qu'un moyen d'approcher les couches populaires et de se lier à elles ; l'enquête peut être un moyen d'agir pour développer une pratique militante conscientisante.

Paolo Freire a une formule magnifique qui résume bien l'enjeu : «exister humainement, c'est dire le monde et c'est le transformer».

On comprendra que le simple fait de s'exprimer c'est déjà avoir commencé à se modifier soi-même et à modifier la réalité qui vous entoure. Dire son existence, c'est modifier celle de ceux qui entendront votre parole ; c'est s'affirmer comme être humain à part entière.

Sans être capable de régler à elle-seule les problèmes sociaux, la parole des concernés est par sa simple existence non seulement témoignage mais aussi action.

Mais, les gens parlent, dira t-on. Ils ne manquent pas d'occasions pour s'exprimer, y compris en accomplissant leur devoir de citoyen.

Pourtant, NON, les gens ne parlent pas. L'écrasante majorité n'a ni le temps, ni l'occasion, ni les moyens de parler. Elle ne fait que subir : subir la situation dans laquelle elle est reléguée par la société telle qu'elle s'organise et subir le discours et la pensée dominants.

Alors oui, pour la «majorité silencieuse», il y a nécessité de dire. Et ceux qui ont besoin de dire, ceux que l'enquête doit aider à dire, ce sont ceux qui commencent à cesser d'être soumis et qui sont «alertés» voire «révoltés» par ce qu'ils voient autour d'eux ou subissent eux-mêmes mais dont la quasi totalité du mode de pensée reste déterminé par le système en place.

Le public visé par l'enquête relève de la catégorie des gens ayant une «conscience pré-critique», pour reprendre les catégories de Colette Humbert (9). Ce sont des gens qui commencent à émerger comme «sujet» et qui entretiennent un ressentiment confus et global contre les privilégiés. Ce sont des personnes qui sont engagées dans des organisations populaires (syndicats, associations) ou en passe de l'être.

Ce processus qui mène à l'organisation est un processus de libération de soi-même et pour commencer de libération de sa propre parole.



Mise à jour le Dimanche, 17 Avril 2011 14:23