Enquête et conscientisation - Un patrimoine en friche PDF Imprimer Envoyer
Lundi, 28 Mars 2011 08:03
Index de l'article
Enquête et conscientisation
«Pas d'enquête, pas de droit à la parole»
Un patrimoine en friche
CONCEPTION SOLIDARISTE DE L'ENQUETE
Reconquête de la parole
Le dialogue
Toutes les pages

Un patrimoine en friche

 


En France, l'influence de Paolo Freire s'est sentie au cours des années 1970 dans le travail des groupes d'alphabétisation des foyers de travailleurs immigrés, dans les idées d'associations comme Accueil et Promotion, de courants politiques comme Objectif socialiste ou les Groupes d'actions municipale (GAM)et enfin de centres de formation comme l'INODEP.

Leurs pratiques les rapprochent de la mouvance autogestionnaire, dans laquelle ont peut alors également placer la CFDT, le PSU, l'AMR etc.

Après l'accession de la gauche au pouvoir en 1981, le recul général des idées révolutionnaires, la satellisassion des courants critiques par le Parti Socialiste et l'intégration des associations dans le système institutionnel ont quasiment fait disparaître cette nébuleuse .

Il y a là tout un patrimoine militant d'une richesse extraordinaire qui a malheureusement totalement sombré dans l'oubli. Quel jeune historien se lancera dans l'aventure de son étude ?

A la fin des années 1970 et au début des années 1980, le Parti communiste tentera lui aussi quelques initiatives basées sur le principe de l'enquête : campagne des «cahiers de lutte» et campagne des «cahiers de la misère et de l'espoir». La démarche s'inspire un peu de celle des fameux «cahiers de doléances» de la révolution française. Elle n'aboutira pas, marquée par un certain populisme et surtout par l'incapacité à formuler de réels thèmes d'action élaborés avec les gens à partir des matériaux recueillis.

De leur côté, des associations comme ATD-Quart Monde réaliseront un travail formidable sur la réappropriation de la parole, qui reste un modèle du genre. Mais celui-ci ne débouchera pas, entravé par l'a-politisme de plus en plus marqué d'une association avant tout caritative et son orientation exclusive vers le sous-prolétariat et les milieux marginaux.

Il faudra attendre les années 1990 pour voir des militants se réapproprier implicitement ou explicitement la notion d'enquête et les méthodes de travail qu'elle implique. Celles-ci sont particulièrement sensibles dans tout le travail réalisé par les ex-maoïstes de l'Organisation politique et principalement dans leur intervention parmi les ouvriers des foyers immigrés de la région parisienne.

Dans un autre registre, plus proche de la filiation syndicaliste révolutionnaire et du marxisme hétérodoxe (Crocce, Labriola), les ex-trotskystes du bulletin La République prolétarienne se livrent à une réhabilitation avouée de l'enquête ouvrière.



Mise à jour le Dimanche, 17 Avril 2011 14:23