militantisme

miExtrait de "Micropolitiques des groupes"
Qui est (dé)possédé ? Qui est séparé ?
Il nous faudra comprendre un jour le rapport entre cette force et la relative pauvreté culturelle qui a cours dans le champ de la micropolitique. Sans doute cette pauvreté est-elle liée à la dépossession des savoirs et des techniques produite par le capitalisme. Depuis les sorcières, en passant par les paysans, puis par les artisans, le capitalisme s'en est pris à toutes les formes de communautés d'usage qui lui résistent ou qu'il ne sait pas traduire en valeur d'échange, c'est-à-dire réduire, homogénéiser et généraliser en autant de marchandises coupées de leur sphère de production et de leur sphère de désir.

Lire la suite...  

SUR ARTE RADIO

vignettes

Conflits de pouvoir, scissions, psychologisation ..., autant de mots qui nous reviennent et marquent les histoires de groupes, comme une ritournelle qui ne nous lâche pas. Mais de ces histoires, de ce qui a provoqué ces « pentes » collectives, qu'en savons-nous ? N'y a-t-il pas des savoirs à cultiver pour les conjurer et activer d'autres devenirs ?

Lire la suite...  

engrenage1  Introduction

Prenons l’exemple d’un groupe d’individus au travail.  Quand ils collaborent ensemble
pour produire un service ou un produit, leurs comportements sont organisés.  Nous les
considérons auto-organisés s’ils travaillent en équipe sur la base d’une entente mutuelle
et sans directives venant de l’extérieur.
Les gens s’auto-organisent tout le temps : les associés en affaires créent des partenariats,
les enfants s’inventent des jeux, les étudiants complotent pour organiser des coups
pendables à leurs collègues, certains employés, selon qu’ils apprécient ou pas leur patron,
prennent l’initiative de résoudre leurs problèmes en son absence ou encore organisent de
subtiles stratégies pour résister à ses politiques.

Lire la suite...  
Powered by Tags for Joomla